#Concourslitteraire #Holidaystime # Jeunesse etLitterature # Wasexo # Benin

Episode 19 : La Cabale

Monsieur Dagbégnon joua le jeu avec bien de réserve de bristols. Il était même plus acteur dans le feuil que moi. Il mit tout en place et rassura son gendre Kouassi qui ne cessait de l’appeler pour planifier stratégiquement et sans faille mon extradition vers la terre natale. Kouassi était tellement foudroyé qu’il accepta m’aider sans prendre le moindre rond. Il avait même proposé me payer mon billet d’avion. Mon nouveau grand frère le dissuada habilement et paya mon billet. Monsieur Dagbégnon acquit le billet d’avion par le biais de ses alliés. Dieu seul sait comment il s’est pris pour cette lourde tâche sans passeport. Il me mit en contact avec l’ambassade et remit l’adresse de l’emplacement du lieu à mon mécène Kouassi. La fuite fut projetée avec toutes les planifications au point.
Un soir Kouassi vint dans la demeure des SAYAM, il attendit à la guérite et bu du thé avec les hommes du portail. Il prit le soin de mettre dans le thé un sommifère bénin mais puissant. Il m’écrivait stratégiquement. Moi de mon côté je travaillais sans laisser voir à mes patrons mes intentions de fuir. Je ne mangeais pas le repas qu’on m’offrait de peur qu’un jour qu’on me fit endormir et qu’on avorta le fœtus gestant en moi. Je volais lors des nettoyages à la cuisine des fruits pour me nourrir. Je pris aussi le temps pour constater les caméras placés dans la demeure. Mes aptitudes de géographe écourté en artère me permis de vite localiser ses fourbes électroniques. J’ai par cœur et sans erreur, le plan de la demeure des SAYAM.
Avant mon départ, j’orientai vers d’autres directions toutes les caméras sur le trajet de mon infraction. Mais avant je me vêtis de trois habits conformément aux directives de mon mentor. Kouassi de son côté bu juste un peu le thé et s’éclipsa. Il allait immédiatement pris l’antidote du produit et se mis aux aguets à un kilomètre de ladite demeure. 
Il sonnait minuit, mon téléphone vibra, je compris que le moment était propice pour l’agissement…………