#Concourslitteraire #Holidaystime # Jeunesse etLitterature # Wasexo # Benin

Episode 18 : Kouassi


Je commençai pas être gracieuse avec lui et finit par lui avouer que ma génitrice venait de passer de vie à trépas et qu’il faille que je me rende au pays pour l’enterrement sans quoi son pauvre corps sans vie ne pourrait connaitre la légèreté de la terre de nos aïeux. Tout ceci était le pur agrume de la fiction de mon mentor à qui je disais toutes mes pénitences. 
Ironie du sort, en réalité ma génitrice était bien vivante, pleine de vie. Mais il me fallait trouver un exutoire pour détaler. Kouassi fut pris dans mon hameçon, un traquenard utile. Je le mis en contact avec mon mentor et expliquai le contexte à monsieur Dagbégnon. Pour lui monsieur Dagbégnon était l’ainé de la fratrie de mes parents et nous venons de perdre notre génitrice dès suite d’une courte maladie. Kouassi cru en ce canular essentiel. Je ficelai des plans avec monsieur Dagbégnon et Kouassi. 
Dans la demeure des SAYAM, je travaillais comme jamais je l’ai fait dans mon existence. Je besognais le matin de 7 heures à 13 h et de 14heures à 23 heures. Je nettoyais toutes les clartés toutes les parlements de la maison. Tout doit toujours demeurer immaculé sans la moindre tâche. Hormis ces aspects des fois Naana m’envoyait au supermarché. Lors de mes emplettes, je rencontrai Kouassi un jeune conducteur de taxi d’un pays frontalier au mien. J’étais sceptique au début et l’esquivais. Je ne lui laissais aucune fortune de m’approcher mais avec le temps je me suis familiariser avec lui. Le rapprochement suscita en lui un coup de foudre. Ma grossesse germait et les vêtements amples que je portais m’évitait les regards des autres sur le fruit de mes adieux avec mon petit ami. Les nausées et vomissements n’étaient singulièrement pas au rendez-vous grâce à Dieu…….