Une initiative de la bibliothèque Olaïtan

Amoureuse de livres et des langues, Madame Angèle Biao ep AKOKPONHOUE parle couramment neuf (09) langues. Depuis 2018, elle promeut un concours d’épellation au profit des écoliers et des élèves. L’ambition étant de développer très tôt chez ces derniers, l’amour des belles lettres.

1. Vous êtes la promotrice du concours. Parlez-nous de votre cursus.

Je suis Kolouchè Angèle BIAO ep AKOKPONHOUE, née le 21 Juillet 1987 à Abobo, à Abidjan (Côte d’Ivoire). Je parle 9 langues : Français, Anglais, Allemand, Yoruba, Nagot, Fon, Mina, Ashanti (Twi) et Dendi. Mère de trois enfants. Je détiens une Licence (Bachelor of Arts) en Traduction française anglaise et allemande obtenue à l’Université de Legon au Ghana. J’ai également fait un Master de Traduction dont la soutenance est imminente à l’Université d’Abomey-Calavi.

Je suis également l’ancienne présidente nationale de la YWCA (Young Women’s Christian Association / Union Chrétienne Féminine) du Bénin et également la plus jeune présidente nationale que la YWCA ait connu dans ses plus de 100 ans d’existence lors de mon élection en 2008. http://www.aygconference.org

J’ai représenté le Bénin sur divers fora internationaux en Afrique, en Asie, en Europe, etc. sur des questions de droits des femmes, de leadership des jeunes et de santé de la reproduction.

2. D’où est venue l’idée de créer une bibliothèque?

La bibliothèque est née d’un tout autre projet et je crois qu’il fallait cette idée préalable pour qu’elle trouve sa source.

En faisant le bilan de fin d’année 2016, alors que mon époux et moi pensions à un local et un personnel pour abriter les bureaux de la nouvelle entreprise que nous avions créée, nous nous sommes résolus à ce que ce serait une perte de louer un bureau et d’y mettre quelqu’un qu’on paie sans avoir quelque chose d’autres qui l’occupe. Et paf, amoureuse des livres et ayant acquis des centaines tout au long de mon cursus scolaire et de mes voyages que j’ai soigneusement rangé dans des rayons spécialement faits pour eux car je préparais ma propre bibliothèque familiale, nous avons décidé de la mettre à la disposition de la population qui s’en servirait pour quelques frais.

C’est ainsi que j’ai mis à contribution quelques contacts qui n’ont pas hésité à me mettre en contact avec trois jeunes engagés du domaine des sciences de la bibliothèque qui m’ont aidé à faire tout le travail d’arrière-plan professionnel avant l’ouverture officiel de la bibliothèque le 1er Avril 2017.

Angèle a la conviction que chacun de nous, spécialement les jeunes, est capable d’apporter du changement, où qu’il soit et quel que soit son statut social et qu’il peut contribuer au développement de notre pays à partir de petites actions et c’est dans cette lancée que s’inscrit la bibliothèque Olaïtan.

La bibliothèque Olaïtan

3. Qui peut avoir accès à cette bibliothèque?

La Bibliothèque est ouverte à toutes personnes de tous les âges et de tous les niveaux. Elle est composée aujourd’hui d’environ 3000 documents en Français, Anglais, Allemand, Yoruba, Fon, Bariba, Espagnol, Arabe etc. Elle est située à 50 mètres de l’Eglise des Assemblées de Dieu de Zogbadjè, à 300 du carrefour Zogbadjè en direction de Tankpè.

4. Pourquoi le concours « la guerre des mots? »

Nous avons initié ce concours dans le but d’offrir du divertissement dans l’apprentissage, de développer chez les élèves et écoliers de l’enseignement primaire et secondaire du public comme du privé, la capacité de communiquer oralement et surtout de connaitre l’orthographe des mots qu’ils utilisent tout en se divertissant.

Il vise également à renforcer en ces jeunes l’amour des langues, promouvoir l’excellence à travers une rédaction dépourvue de fautes d’orthographe, susciter en eux le goût de la lecture ; permettre à ces jeunes apprenants d’avoir l’esprit de la prise de parole en public.

Le concours est à sa deuxième édition et a lieu depuis l’année dernière au lendemain des congés de détente selon le calendrier scolaire. Il aura lieu cette année le 23 février prochain à partir de 8h30 à l’espace Mayton de Zogbadjè. Cette année, nous avons une cinquantaine d’inscrits tant du primaire que du collège qui y prendront part.


5. Des partenaires, des sponsors sur l’événement ?

Nous avons reçu quelques appuis de particuliers de bonne volonté
en espèces et en nature: 60 (12 livres x 5) livres neufs pour les prix aux lauréats et 202 livres pour alimenter le fond documentaire de la bibliothèque grâce à la générosité et au partage de notre vision du service des affaires publiques de l’ambassade des Etats Unis d’Amérique au Bénin. 

La Télévision Carrefour (TVC) nous a gracieusement invité sur son émission ‘Kfé weekend’ pour parler de l’évènement. Nous avons également reçu l’appui technique très précieux de diverses personnes dont Nestor Dèhouindji, Eric Azanney, Lhys Degla, de toute l’équipe de Olaïtan (Emmanuel, Reine, Corin, Landry), car sans elle, beaucoup choses n’auraient pas pu décoller etc.

Nous avons la promesse de couverture médiatique par Eden TV et diaspora FM, certainement la radio la Voix de Tado. Laha Editions nous a promis des livres que nous recevrons certainement bientôt. Nous gardons encore espoir d’autres sources très capitales pour la réussite de notre événement. Nous les dévoilerons au fur et à mesure.

Je profite pour lancer un appel à toutes les personnes désireuses de soutenir l’événement, nous avons toujours la main tendue et comme nous le disons si comiquement : nous sommes preneurs de 1000 FCFA et de ses multiples et de tous gadgets (livres, clés USB, agenda, etc, dictionnaire) utiles pour l’apprentissage.